Wednesday, July 19, 2006

Le Vieux Pays qui est le mien...

Toujours soucieux d’éduquer son lectorat, Jack a dit a décidé de s’intéresser à un groupe sociologique auquel même Pierre Bourdieu - que moins non plus je n’ai pas lu, mais ça fait super bien dans une phrase d’introduction et en plus, suivant comment, ça va amener un étudiant qui prépare un exposé sur ce site et doper mon audience – n’a pas osé s’attaquer, à savoir les Valaisans.

Les Valaisans sont des habitants de la Suisse, mais qui sont double nationaux parce qu’ils ont aussi la nationalité valaisanne, qu’ils revendiquent haut et fort dès qu’ils s’exilent hors des frontières de leur canton en arborant un autocollant à côté de leur plaque minéralogique. Ils vivent dans un canton qui a des tas de vallées qui rejoignent une grande, d’où le « s » au mot Valais, qui a été choisi à l’époque où l’orthographe était à peu près aussi mauvais que maintenant, mais comme y’avait pas de correcteur Word d’orthographe, ce qui s’appelait Vallées a fini par Valais. Au sommet de ces vallées, les valaisans ont installés de gros murs de bétons, mais pas pour mettre des gens dedans comme à Thyon 2000 ou à Megève, mais pour retenir l’eau, afin qu’elle serve quand même à quelque chose dans ce canton.

En Valais, on parle le Haut-Valaisan dans la partie germanophone du canton, et le Bas-valaisan, idiôme qui se rapproche plus ou moins du français, dans le reste du canton. La langue vernaculaire du Vieux Pays n’a guère évolué malgré les contacts avec les autres cantons ; elle reste encore et toujours d’une économie redoutable, signe que le valaisan ne s’est jamais trop attardé dans l’art communicatif, préférant passer son temps à travailler et à soutenir l’économie locale en éclusant des godets au bistrot du coin, voire à jouer dans la fanfare quelques morceaux en attendant d’aller écluser quelques godets à l’apéro, sans doute au bistrot du coin. Comme disait la pub, c’est ceux qui parlent le moins qui en boivent le plus. D’où, disais-je donc avant d'envoler dans des volutes oratoires dont j’ai le secret, le valaisan parle peu, mais bien : la preuve par le dialogue suivant :

L’un : « Salü ! Comment ? »
L’autre : « Bien… et toi ? »
L’un : « Moi aussi »
L’autre : « Bonne hein »
L’un : « Ouais, bonne »

Tout est clair, concis et la discussion est terminée ; on peut recommander un ballon de blanc. Le lecteur attentif remarquera l’utilité du mot comment qui permet de poser toute sorte de question que l’interlocuteur valaisan se fera un plaisir de répondre. Tout dépend du contexte. Par exemple, quand Couchepin arrive à la séance du Conseil et demande, « Seppi, et pis c’t’ AOC, comment ? », Deiss comprend immédiatement que cela signifie : « Cher Joseph, pourrais-tu gentillement m’expliquer où en est actuellement la procédure concernant la logique et juste obtention d’une AOC pour la le raclette ? ». Moi je dis, le Valaisan, c’est quand même pratique.

Voilà pour cette première leçon de sociologie appliquée. La suite aux prochains épisodes, qui traiteront pêle-mêle des thèmes suivants :
- Le Valaisan est-il soluble dans l'eau minérale ?
- Pourquoi la Croix Bleue ne s'est jamais implantée au-delà de Bex
- Le Valais fera-t-il sécession s'il n'obtient pas son AOC raclette ?
- FC Sion, Champion !

En attendant, bande de petits impatients, allez jeter un œil sur ce superbe travail de Hatman. Le son est un must...

17 Comments:

Anonymous Florian said...

Bonne appréciation de la richesse langagière du Valaisan. Je constate néanmoins une erreur grossière dans la phrase de bienvenue.

En effet, le Valaisan (AOC) n'utilise généralement pas l'insipide "salut" (sauf la notable exception haut-valaisanne qui la préfère au "gruezi" confédéré), mais bel et bien le plus poétique "adjeu" qui du haut de ses deux syllabes évoque tout à la fois le soleil du Vieux Pays, sa langue qui chante et sa culture chrétchenne (démocrate), en augurant du partage fraternel d'un bout de viande sèche sur l'Alpe, bercés par le murmure rassurant de l'amigne agréable coulant, filet doré, dans nos verres embués.

"Chinda !"

5:46 AM  
Blogger Jack said...

Flo, j'ai toujours dit que tu devrais avoir ton blog...

7:05 AM  
Blogger Julien said...

Brillante démonstration! Mais j'ajouterai pour ma part - car je reviens aujourd'hui même d'une soirée dans cette contrée - qu'il manque le chaînon...manquant à ton explication concernant le passage de "valées" à "Valais". A mon avis, ça vient de la façon dont on prononce le nom du canton là-bas, puisqu'on dit "Valé". CQFD ou quoi?

10:48 AM  
Anonymous Hatman said...

Merci, j'en ai la larme à l'oeil...

3:12 PM  
Anonymous Anonymous said...

Magnifique, Jack a dit ! Merci pour ce blog. Je soutiens Florian : nous préférons nettement le traditionnel "adjeu" ! Et pour Julien : ça dépend où, chez moi on dit très nettement "valè".

3:51 PM  
Blogger Jack said...

@ Commentateur anonyme : merci pour cette louange et pour ton commentaire. Oui, je suis d'accord avec Flo aussi. Le Salü est surtout couchepinien. Un bon adjeu passe effectivement mieux.

11:52 PM  
Anonymous mavale said...

C'est drôle, en lisant ton texte j'ai tout à fait reconnu les caractéristiques de mon mari et de sa famille!

12:07 AM  
Anonymous Calamity said...

Moundjou ! Pas que c'est vrai qu'on parle commeu ça outre en ça par chez nous ! Brutale l'histoire ici...

1:30 AM  
Anonymous Michaël said...

Je ne dirais qu'une chose "Magnifique". Cette vision des habitutes et du language du Vieux Pays est parfaite. J'ai l'impression de me reconnaître dans ces quelques lignes. Au commentaire de florian, je rajouterais ceci. Si "adjeu" est plus usuel que salü en Valais, il se peut, selon la région, que le salü valaisan se prononce ainsi pour certain habitant du canton (J'en fait parti) : "adjeu dôn". Pourquoi, cette syllabe en plus ? Je n'en sais rien !!! Si quelqu'un a la réponse !!!!

4:54 AM  
Anonymous Anonymous said...

Et je dirais même qu'à certains endroits on a plutôt droit à un "Saleu" qu'à un "Salü"...

non ;-) ???

Bravo, joli texte...

2:51 AM  
Blogger Jack said...

@ Anonyme : la prononciation peut varier en fonction des régions. Comme l'a noté Florian, le Adjeu est aussi bien répandu.
Merci pour la visite et le commentaire. Au plaisir et à la revoyure !

2:57 AM  
Anonymous Anonymous said...

Pour la blonde que je suis, "les Valaisans dans l'Espace" était plus facile d'accès... ;-)

6:50 AM  
Anonymous Anonymous said...

D'ailleurs, mon cerveau de blonde (qui ne peut pas penser à deux choses à la fois, donc doit publier un commentaire par idée), se demande encore pourquoi on fait autant de bruit autour de ce petit canton suisse... ;-))

6:58 AM  
Anonymous Sig25 said...

@ La blonde anonyme : c'est parce que c'est le plus beau pays du monde. Incomparable à quelconque Vaud, Genève ou Neuchâtel! Tout simplement aussi parce que c'est celui où l'on boit et mange le mieux, où le soleil illume les grands monts et où l'âme de tous les Valaisans exilés ou non se sent vraiment chez elle! Mais cela, seulement les vrais Valaisans peuvent le comprendre!
Merci Jack pour ton texte dans lequel je me suis aussi reconnu. Pour ma part, à Fully (ou fui, c'est comme on veut pour la prononciation) on dirait plutôt 'adjeu dôn' ou 'salü dôn', peut-être parce que, paradoxalement, adjeu ou salü est trop court... S'il y a d'autres opinions...
A bientôt et merci!
PS: Jack, est-ce que tu est Valaisan? Si oui, n'oublie jamais Vinea et le contoir...

12:02 AM  
Blogger Jack said...

This comment has been removed by a blog administrator.

12:48 AM  
Blogger Jack said...

@ Michael : C'est vrai, cet ajout mériterait d'être étudié par les plus grands linguistes actuels. Il paraitraît que certains sont sur le coup. Je pourrais en parler dans un prochain billet (déjà qu'il y en a un en gestation sur la diaspora valaisanne).

@Sig : Mon titre ne ment pas. Je préfère Vinea au Comptoir, encore que le must soit la visite de petites caves. Merci pour la visite.

12:53 AM  
Anonymous Cinedy d'outre en ça là haut said...

adjieu.

y est fantastique l'article à toi dôn!

y ests bon mais y manque un bout sur la guggenmusik et les fêtes légendaires qu'elles génèrent!

t'as aussi oublié de mentionné la patouè que certains botches prèjiè encore entre eux...

et SURTOUT, tu as oublié, omis, onis, la grande la seule l'unique REINE, le mozon d'hérens.. de djeu de djeu comment t'as pu oublier ça...

y a pas à dire, le Valais, y a que ça de vrai dôn! ;o)

1:55 AM  

Post a Comment

<< Home