Thursday, August 03, 2006

Crève Harry, crève !

Que ce soit clair d’entrée, cela simplifiera les débats qui sinon risquent d’être aussi brumeux qu’un paysage broyard : je n’ai lu aucun, mais alors aucun des divers tomes d’Harry Potter. Je n’ai encore moins vu les divers épisodes cinématographiques de la série homonyme (tiens c’est marrant, pourquoi dit-on « tomes » pour des bouquins et « épisodes » pour des films ? C’est une bonne question, qui pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un prochain billet, à moins que Raph l’ait déjà fait, je suis pas sûr. A moins que pour nous parler des tomes, il faudrait une femme, une égérie même – ça faisait quelques ligne que j'essayais de la placer, celle-là!). Donc, au niveau Harry Potter littéraire ou cinématographique, j’y connais presque aussi peu que Micheline Calmy-Rey en matière de collégialité, c’est dire. C’est tout juste si je sais – ben oui, mais aussi je lis le Matin en cachette – que la sortie de chaque nouvel opus - terme très utile car pouvant s’utiliser de manière indifférente en parlant du livre ou du film - déchaîne les passions, créant des files d’attente pleines de jeunes boutonneux devant les librairies ou les salles obscures. C’est ce qu’on appelle dans le jargon de la littérature (comme dirait Pierre-Alain Dupuis) un phénomène d’édition que d’aucuns n’hésitent pas à comparer à la Bible, même si franchement le Coran fait un bon score lui aussi, tandis que le dernier Raël a de la peine à décoller au niveau des ventes.

Bref, ce matin, voilà-t-y pas qu’un œil rapidement jeté dans le train sur les jumeaux gratuits de la presse romande me signale qu’un de mes écrivains préférés, John Irving, et une autre pointure de l’écriture américaine, Stephen King, ont fait savoir à la moman d’Harry Potter (je sais plus son nom mais je vais aller voir sur Google : J.K. Rowling, c’est bête, je le savais… C’est pas comme ça que je vais gagner à Questions pour un Champion) qu’ils espéraient que celle-ci ne ferait pas mourir son héros à la fin du 7ème et dernier tome de la série harrypotienne. Car tout le petit monde de l’harrypotiologie est en ébullition, depuis que J.H. Bowling a annoncé pour faire monter la sauce que deux personnages allaient mourir dans l'ultime ouvrage. Et comme elle a claironné ça sur tous les toits et sur l'air des lampions, si elle fait mourir le valet de chambre que personne ne connaît ou le sbire du méchant vilain, elle aura l’air malin, la G.Z. Wyoming. Plus personne ne la prendra au sérieux et elle sera condamnée à écrire un blog que personne ne lira. C’est moche.

Donc, il faut que Harry, même si c’est un ami qui vous veut du bien, meurt à la fin de ce 7ème bouquin. Et si possible une mort bien dégueulasse, sur plusieurs pages, avec du sang, des entrailles qui giclent et tutti quanti. Un truc bien gore qui fasse peur aux enfants. Car sinon, ces cons vont encore croire que tous les livres finissent bien, que toutes les histoires sont comme celles qu’on raconte à Hollywood. Après on croit n’importe quoi : regardez W. Bush qui croit toujours que la situation va s’améliorer en Irak… En faisant mourir son héros à la fin de la saga, Z.J. Tensing instillerait le doute dans l’esprit des lecteurs, doute qui rendrait magique la lecture de tous les autres ouvrages qu’ils entameront par la suite. Ce que Le Professionnel a fait pour le cinéma français, Harry Potter doit le faire pour la littérature du 3ème millénaire.

Crève, Harry, crève.

8 Comments:

Anonymous raph said...

ah non je l'ai pas encore fait
C'est pour une commande?

3:06 AM  
Anonymous lµdivine said...

l'ennui, avec les producteurs d'hollywood, c'est qu'ils ont la manie de changer les fins de livres trop réalistes en fin de films sirupeuses à souhait. c'est problématique car si harry finit par ce prendre les pieds dans son balais et qu'il s'énuque sur un livre de potion magique dans sa chute, dans le film on verra apparaître une gentille maraine la bonne fée pour le ressuciter. et franchement les histoires de resurréction ça commence à me gaver. alien l'a déjà fait c'est pas original de copier.

tout ça pour dire que je lui ferais bien un noeud avec ses lunettes au harry. suis en forme aujourd'hui.

8:52 AM  
Blogger Nono said...

Tome... égérie... Moi j'aime bien. Je suis même un peu jaloux de ne pas l'avoir trouvé avant, ce jeu de mot sublime.
Sinon, Harry Potter, je n'ai ni lu, ni vu moi non plus. MLais iça va, je le vis bien, j'assume.

7:19 AM  
Anonymous Laure said...

Pour ma part, j'ai lu et vu, et je vous conseille vivement les livres qui sont vraiment bien.

2:58 AM  
Blogger Jack said...

Je ne doute pas que je vais les lire un jour. Mais bon, ma liste de livres à lire semble indéfinie... Je trouve assez génial tout de même que les jeunes se mettent à lire ces pavés. Ca ne peut être que positif. Il paraît que même pour les adultes c'est sympa.
Merci pour le commentaire

3:02 AM  
Anonymous Maye-Linn said...

C'est même plus que sympa! Joli texte en tout cas.

3:56 AM  
Anonymous Anonymous said...

C'est surtout à partir du volume trois que ça devient intéressant pour les adultes (quoique... j'ai bien aimé les deux premiers, mais je ne suis pas une référence de sérieux).

Bah, cette histoire de deux personnages principaux, dès lors qu'on a lu le six, on peut prédire les noms des futurs cadavres sans trop de problèmes...

2:26 PM  
Anonymous mapp said...

Arf, pardon de m'être anonymisée à l'insu de mon plein gré. C'est moi au-dessus.

(pour la puissance du commentaire, ce qu'on y perd...)

2:27 PM  

Post a Comment

<< Home