Friday, September 01, 2006

Che veux les mêmes !

Une question me tarabuste ces derniers jours. Je sais, vous vous imaginez des tas de trucs hyper-importants, genre des interrogations pédagogico-didactiques, ou des questions existentielles : d’où venons-nous, pourquoi sommes-nous sur cette foutue planète, c’est à qui de faire atout déjà ? Que nenni ! il s’agit d’une question beaucoup plus prosaïque : pourquoi notre bambin, fort charmant au demeurant avec son entourage sauf quand il a faim, se réveille et lorsqu'il est de mauvais poil, se transforme en Jo la Terreur de la place de jeu, dès qu’il voit sa contemporaine de 20 mois débouler sur ses terres ? Pourquoi, tandis qu’il joue sans aucun problème avec les autres garnements de son âge, il s’évertue, jour après jour, à essayer de s’emparer de la tignasse blonde de cette petite ?

Doit-on voir dans ce comportement l’affirmation machiste de sa virilité, lui qui s’est sans doute déjà rendu compte que s’il veut tirer les cheveux des demoiselles, autant le faire tout de suite et ainsi prendre de l’avance sur les futures difficultés qui attendent les difficultés que devra affronter tout être masculin normalement constitué dans sa relation avec le beau sexe ?
Est-ce pour protester contre la condition difficile des bébés, condition qui avait déjà été dénoncée de manière véhémente et avec brio par un chanteur du nom de Jordi au milieu des années 90 avant de se recycler dans la fabrication de montres ethno ?
A moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’une petite jalousie capillaire, notre enfant acceptant mal de voir sa camarade de jeu arborer fièrement une crinière bien fournie tandis qu’il doit se contenter de quelques cheveux blonds placés ça et là avec parcimonie, pour le plus grand bonheur des parents qui au moins économisent sur le coiffeur…

La question reste ouverte. Faudra quand même un jour qu'il m'explique...

5 Comments:

Blogger Sisyphos said...

Et moi qui voyais d'abord dans le jeu de mots du titre une révérence à Ernesto. ;-)

7:17 AM  
Blogger Pan said...

Je suis l'aîné, et l'une des premières phrases fut "tuer béné, tuer bébé" peu après la naissance de ma première petite soeur. Je n'ai d'ailleurs eu de cesse de tenter de l'estourbir. J'ai presque réussi vers l'âge de 8 ans (elle garde encore les cicatrices des points de suture sur le font, lequel avait rencontré de plein fouet le coin bien aiguisé d'une armoire grâce à mon aide).
Après, la jalousie, ça passe.

9:59 AM  
Anonymous Le Journaleux said...

Ça me paraît assez évident...
C'est une blonde.
Même s'il est blond, ça compte quand même.
Et pis c'est tout!

3:01 PM  
Anonymous Mimi said...

Bébé killor de sistor, c'est un classique : - ).

1:19 PM  
Anonymous Ce que le poète en said...

"Hey Joe, where you goin' with that gun in your hand
Hey Joe, I said where you goin' with that gun in your hand

I'm going down to shoot my old lady
You know, I've caught her messin' around with another man
I'm going down to shoot my old lady
You know, I've caught her messin' around with another man
And that ain't too cool"

6:58 AM  

Post a Comment

<< Home