Friday, September 22, 2006

Moi mon colon celle que j'préfère....

Cette semaine, trêve de gaudrioles et de saillies drôlatiques ! Lançons nous plutôt dans l’écriture d’un billet qui saura joindre l’utile à l’agréable. L’utile, c’est faire de la publicité pour un concert qui le mérite, et l’agréable, c’est de prendre enfin le temps de parler de personnages qu’on apprécie tout particulièrement.

Tous les deux sont moustachus, amoureux de la langue française. Si l’un a choisi de sortir quelque peu du droit chemin, l’autre a préféré dans un premier temps remettre les gens sur celui-ci. Quand le premier est mort, le second a pleuré, du moins cela est resté dans ma mémoire de gamin, car on ne voit pas souvent un adulte pleurer (mais comme disait Desproges, « j’ai pas honte de le dire, j’ai quarante ans passés, et bien le jour de mort de Brassens, j’ai pleuré comme un gosse ; tandis que le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules tiens »). Déjà à l’époque, Jo Crittin admirait le chanteur sétois avec qui il avouait une certaine ressemblance, et il gratouillait déjà suffisamment bien sa guitare pour reprendre quelques airs. Mais ce n’était pas assez pour pouvoir se produire en concert. Alors, entre deux plaidories, une réunion de sociétés philanthropiques et des matchs du FC Sion, il a travaillé, retravaillé et reretravaillé ses gammes pour finalement se lancer sur scène, et reprendre les chansons du grand Georges.

Après quelques galops d’essai prometteurs, il s’est entouré d’une fine équipe de musiciens, qui a su se réapproprier les airs, beaucoup plus difficiles qu’ils ne le paraissent de prime abord, de celui qui aurait voulu être enterré sur une plage de Sète. Et ils le font avec goût et brio. Cerise sur le gâteau, le programme habituellement choisi reprend des textes parfois moins connus de Brassens, qui sont bien souvent les meilleurs.

Aurons-nous droit à une Tempête dans un bénitier ? A un Orage ? aux Trompettes de la Renommée ? Moi mon colon celle que j'préfère, ça reste la Supplique...

Tout cela pour vous dire que si vous habitez dans la région de Fribourg et que vous appréciez la musique de Georges Brassens, rendez-vous le 13 et 14 octobre au KellerPoche de Fribourg, à 20h30.

2 Comments:

Blogger variable said...

J'avoue que les "passantes" est pas mal non plus et Montélimar me revient au oreilles à chaque départ de vacances! Même si la plage de Sète a bien changé et que mon cimetière sera plus marin que le sien! Du tout grand art ce Georges.

Merci pour le tuyau du concert à Fribourg!

6:11 AM  
Blogger arno said...

Et bien entendu, ne pas manquer Les Pornographes quand ils passent par chez vous.

1:31 PM  

Post a Comment

<< Home